Quelque chose d’extrêmement rare est arrivé à un couple à Londres : une mère et un père africains ont conçu un bébé « blanc » aux cheveux blonds et aux yeux bleus. Ben et Angela Ihegboro, originaires du Nigeria, ont eu la chance incroyable de donner naissance à une fille prénommée Nmachi.

Selon la BBC, il y a trois raisons possibles à cet événement.

Il s’agit soit « de gènes blancs latents qui sont entrés dans la famille de ses deux parents il y a longtemps, une mutation génétique unique ou l’albinisme ».

« Contrairement à ce qui a été rapporté, les médecins de l’hôpital londonien où est née Nmachi ont déclaré ne pas avoir exclu ce trouble récessif qui affecte la pigmentation de la peau (albinisme) », indique le rapport de la BBC.

La couleur de la peau est déterminée par environ 12 gènes différents qui contrôlent le pigment, ou la mélanine, ont déclaré les médecins.

« Nous sommes tous des mélanges de gènes et parfois, vous aurez une convergence des versions pâles de ces gènes chez les Afro-Américains et les Caraïbo-Africains qui ont une ascendance mixte noire et blanche », a déclaré le professeur Bryan Sykes de l’Université d’Oxford, Angleterre.

« Mais cela ne semble pas être le cas ici. Les parents sont des Nigérians avec une ascendance blanche peu connue. »

À l’époque, Angela a déclaré : « C’est un bébé miracle. Mais quand même, comment est-ce arrivé ? »

C’est étrange que « nous ayons une blonde dans une famille noire », a déclaré son mari. Il a ajouté : « c’est ma fille, mais je ne sais pas pourquoi elle est blonde. »

News24 nous donne plus de détails :

Lui et Angela (35 ans) ont tous deux été abasourdis, dit-il. « Nous sommes restés assis après la naissance, à la regarder sans rien dire. Finalement, la première chose que j’ai faite a été de la regarder et de lui dire : ‘Qu’est-ce qui se passe ? J’étais tellement sous le choc que j’ai même plaisanté et demandé : ‘Est-elle de moi ?’ »

C‘est une question que beaucoup se posent, mais Ben est catégorique : il n’y a aucune raison de la poser. Il croit qu’Angela a été fidèle et ne veut pas entendre dire que Nmachi n’est pas son enfant. « Bien sûr qu’elle est de moi », dit-il. «  Ma femme m’est fidèle. Même si elle ne l’avait pas été, le bébé ne serait quand même pas comme ça. »

Angela ne veut pas non plus parler d’infidélité. Elle est ravie que son bébé soit en bonne santé malgré son apparence inhabituelle. « Elle est belle », dit la fière maman. « C’est un bébé miracle. »

Le plus petit garçon du monde survit

Un bébé qui ne pesait que 268 grammes à la naissance est enfin rentré à la maison, ce qui en fait le plus petit garçon survivant du monde.

Un petit garçon pesant 268 grammes, né en août 2018. Image obtenue le 27 février 2019. (École de médecine de l’Université Keio, Département de pédiatrie / Document distribué par Reuters)

Le bébé, dont le nom ne sera pas rapporté, a été mis au monde par césarienne en août dernier après avoir échoué à prendre du poids pendant la grossesse. Les médecins ont craint que sa vie soit en danger après l’examen des 24 semaines.

Mais le petit Japonais n’est pas le plus petit bébé à avoir survécu, ce titre appartient à une petite fille allemande née en 2015.

Le docteur Takeshi Arimitsu, qui a soigné l’extraordinaire bébé, a confié à la BBC qu’il souhaite montrer qu’il « est possible que les bébés puissent quitter l’hôpital en bonne santé, même s’ils sont nés de faible poids. »

Selon le registre de l’Iowa, seuls 23 bébés dans le monde pesant moins de 300 grammes ont survécu après une naissance, dont seulement quatre garçons.

Selon le Keio University Hospital, le taux de survie des bébés nés pesant moins d’un kilogramme est d’environ 90 %. Pour les nourrissons nés avec moins de 300 grammes, ce taux de survie tombe à environ 50 %.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Source: epochtimes